Voici mon journal de voyage en ligne. Suivez-moi dans mon aventure au Royaume-Uni.

Saturday, 10 December 2011

Découvrir le Kent

La Grande-Bretagne est divisée en une cinquantaine de comptés. C’est un peu différent des provinces canadiennes et des états américains. Bref, c’est leur manière de diviser le territoire et comme vous vous en doutez bien, découvrir d’autres comptés que celui de Londres fait partie de mes projets. Donc, lors de la dernière fin de semaine du mois de novembre ainsi que samedi dernier, une des pensionnaires et moi avons décidé de découvrir le Kent qui est au sud-est de l’Angleterre. On dit que les Anglais aiment la campagne, ce qui n’est pas vraiment mon cas, mais en me rendant dans le Kent j’ai compris pourquoi. Voir les couleurs d’automne encore présentes à ce temps-ci de l’année, les saules pleureurs et les manoirs anglais, quelle magnifique harmonie! C’est bien différent de la campagne canadienne. On ressent une sorte de sérénité, c’est bien différent de la bruyante ville de Londres. Bon, ne vous en faites pas, je n’échangerais pas ma vie à Londres pour une petite ville tranquille, mais passer quelques jours dans ces endroits est très agréable.

Ma première visite dans le Kent a été dans la ville de Canterbury. Habituellement, je prends le train à la gare de Paddington, mais cette fois-ci nous nous sommes rendus à la gare de King’s Cross St. Pancras qui est énorme! Oui bel et bien aussi cette gare qui est mentionnée dans les livres d’Harry Potter et il y a même une fausse plateforme 9¾ comme dans le film. Tout le monde veut sa photo avec le chariot à moitié rentré dans le mur et je n’y fais pas exception. Pour nous rendre à Canterbury, nous avons décidé de prendre le train à grande vitesse, donc nous avons sauvé une heure de train tout de suite en partant. J’étais content d’avoir fait cette expérience, étant donné que ce n’est pas possible de le faire au Canada. Nous roulions à une vitesse de 140 miles à l’heure si je ne me trompe pas (et oui la Grande-Bretagne utilise toujours les miles et non les kilomètres).

À notre arrivée à Canterbury, j’ai été immédiatement heureux de voir à quel point la ville avait de l’histoire. Je voyais une de ces tours médiévales en pierres grises comme on voit dans les films. J’ai découvert plus tard que c’était une ancienne prison donc une visite s’imposait. J’ai aimé voir les anciennes cellules, car on racontait les conditions des prisonniers et toutes sortes de faits intéressants sur l’histoire du bâtiment. La rue passe sous la prison, car il faut croire que c’était également une sorte de porte à l’époque. Alors, quand on débute la visite, on voit un trou dans le plancher avec un panneau indiquant qu’à l’époque on y versait de l’eau bouillante si l’ennemi passait. Heureusement, ce n’est plus le cas et une vitre a été posée sur le trou! Il y a une section un peu plus moderne qui date de l’époque victorienne, mais être prisonnier dans ce temps-là non plus n’avait pas l’air fantastique. Au sommet de la tour, il y avait une vue très impressionnante de la ville. C’était très beau, surtout avec les couleurs d’automnes.
La beauté de Canterbury

La prison médiévale

Vue de la ville du haut de la tour

Il y a une chose que j’avais envie de faire depuis longtemps et l’occasion s’est présentée lors de cette sortie. Je voulais avoir ma photo avec les cabines téléphoniques rouges comme tout bon touriste se doit de faire. J’avais un décor très anglais et ça me plaisait beaucoup.

La photo typique avec les cabines téléphoniques rouges

On retrouve plusieurs rues piétonnes à Canterbury et plusieurs petites boutiques sont ouvertes aux touristes, un peu comme la rue Saint-Jean à Québec. Par contre, c’est beaucoup plus vieux que la rue Saint-Jean, on retrouve énormément de bâtiments médiévaux. Nous nous sommes arrêtés à plusieurs endroits, donc un restaurant français où nous avons même pu commander en français! Nous avons flâné dans les rues et nous sommes entrés dans quelques commerces pour ensuite poursuivre notre visite vers la fameuse cathédrale de Canterbury.

En Europe, des églises à visiter il y en a des tonnes, mais je peux vous dire que celle-ci était bien particulière. Cette cathédrale est gigantesque (surtout quand on considère la grandeur de la ville), elle est esthétiquement agréable à regarder et est très célèbre. J’aurais aimé connaître un peu plus l’histoire des gens qui y sont décédés, mais bon on ne peut pas tout savoir. Le décor était très spécial et s’y tenir la nuit doit être un tantinet effrayant. Tout est simplement immense! Comme toute bonne église, celle-ci a été incendiée, mais on peut toujours voir certaines parties qui ont environ 1000 ans! Ça, c’est une des choses qui à chaque fois rendent l’Europe spéciale pour moi. Après toutes ces années, c’est toujours possible de voir le travail que des gens ont fait, malgré toutes les guerres et épreuves qui ont été traversées depuis ce temps.
La fameuse cathédrale

Une autre vue de la cathédrale à partir de son jardin intérieur 
L'intérieur de la cathédrale

Nous avons poursuivi notre visite vers les ruines de St. Augustine’s Abbey, mais nous pouvions parfaitement voir les ruines de la rue et il fallait payer pour s’approcher. Étant donné que nous avions déjà laissé £8 pour la cathédrale de Canterbury, nous trouvions que de payer à nouveau pour quelque chose qu’on pouvait voir quand même n’était pas nécessaire. Alors, nous avons continué notre exploration de la ville. Mon amie et moi trouvions drôle le fait que les bâtiments semblaient être faits sur mesure pour moi. Vous comprendrez donc que je ne suis pas la personne la plus grande sur terre et les anciennes bâtisses sont souvent faites pour les gens plus petits.

Aucun voyage ne peut être complet sans prendre le thé. Notre choix s’est arrêté sur un restaurant près de la rivière qui porte le nom de «The Old Weaver House» et qui porte la mention de fondé en 1500. L’ambiance était très bien, mais je ne peux pas en dire autant de la nourriture. Surtout que les scones contenaient des raisins et que la clotted cream n’était pas la plus fraîche qui soit. Mais bon, les vieilles poutres en bois, les chandelles et le plancher qui craque ont compensé. Par la suite, nous sommes une fois de plus retournés dans les petites boutiques et surtout dans les librairies pour ensuite retourner à Londres.
The Old Weaver House

La fin de semaine qui suivait, BUNAC organisait à nouveau un voyage, mais cette fois-ci à Leeds Castle et dans la ville de Rochester qui se trouvent également dans le Kent. Grâce aux joies des réparations du métro de fin de semaine, nous avons presque raté l’autobus pour nous rendre à ces deux endroits. Pour avoir couru j’ai couru!

Nous nous sommes donc dirigés vers Leeds Castle, un château très vieux ayant déjà appartenu à la royauté britannique, mais qui est devenu une propriété privée et éventuellement une attraction touristique. De l’extérieur, le château est de toute beauté surtout avec le cours d’eau, le terrain de golf et les saules pleureurs qui l’entourent. Je ne peux pas en dire autant de l’intérieur. Bon, oui c’est un château, mais après avoir vu plusieurs endroits similaires comme le château de Windsor et bien je peux vous dire que je n’ai pas été impressionné. Je crois que le fait que la propriété a été privée à un certain moment n’a pas aidé à la conservation des meubles et de la grandeur qu’a probablement déjà eu Leeds Castle. Je n’ai pas détesté ma visite, bien au contraire, mais seulement le décor intérieur aurait pu être un peu mieux, mais ce n’est que mon opinion. Il y avait quand même quelques pièces que je préférées plus que d’autres, dont un des salons où il y avait un monsieur qui jouait du piano.
L'entrée du château

Les saules pleureurs et Leeds Castle
Une autre vue de la propriété

Le terrain sur lequel se trouve Leeds Castle est tellement vaste et nous n’avons pas eu la chance de tout l’exploré, mais après avoir visité la propriété, nous en avons profité pour voir un peu les différentes vues que nous offrait l’immense terre.

Alors que l’heure du dîner s’approchait, nous avons repris l’autobus pour nous rendre à Rochester afin de voir le marché de Noël et le festival de Charles Dickens. À mon grand bonheur, des gens étaient costumés comme dans l’époque victorienne et il y avait plusieurs petits antiquaires. Le seul hic, c’était la quantité de touristes comparé à la grosseur de la ville. Circuler dans les rues (et je parle ici des rues qui ne sont pas ouvertes aux automobiles) était extrêmement difficile. Il y avait des gens qui faisaient la «circulation» et qui nous disaient de marcher à gauche. Il y avait de l’animation et même une petite scène, mais si ça n’avait pas été du festival, je trouve que le nombre d’attractions aurait été assez limité. J’étais content de vivre ce que c’est que le marché de Noël, malgré la quantité de gens. Il y avait même un petit spectacle d’Écossais en kilt traditionnel jouant de la cornemuse!
 Les rues de Rochester

L'ambiance du marché de Noël

No comments:

Post a Comment