Voici mon journal de voyage en ligne. Suivez-moi dans mon aventure au Royaume-Uni.

Thursday, 26 January 2012

Réflexion sur mon voyage

Je vous ai déjà mentionné que je suis maintenant sans travail et le mois de janvier n’est pas le mois le plus favorable pour faire des recherches d’emploi. Ayant pigé dans mes économies et voyant la situation économique en Grande-Bretagne, j’en suis venu à prendre une décision : je dois revenir. Ça n’a pas été facile de décider de quitter, mais je me suis fait à l’idée. Je me dis aussi que j’ai eu la chance de passer près de 4 mois en Angleterre et je me considère chanceux d’avoir vécu cette expérience magnifique. Toute bonne chose à une fin, dit-on et c’est le cas de mon aventure en Europe. J’ai pris cette décision au début du mois de janvier, donc la date précise de mon retour sera le 3 février prochain. En fait, je me suis dit plus précisément qu’il valait mieux rester moins longtemps et pouvoir m’épanouir que de rester plus longtemps et compter mon argent tout le temps. Si mon voyage est écourté, alors je devrai profiter du temps qu’il me reste et faire des choses que je ne ferais pas normalement. L’une de ces choses a été le Ritz.
Moi à l'intérieur d'un taxi noir

Mon amie canadienne est venue me visiter ici à Londres pour 10 jours alors nous avons fait toutes sortes d’activités extraordinaires. Il y une journée en particulier qui a été très mémorable et je dirais que ç’a été le point culminant de mon séjour chez les Anglais. Le tout a commencé par une visite des classiques de Londres, donc le National Gallery, Westminster, le Victoria & Albert Museum et j’en passe. Mon amie et moi avons un point en commun qui malheureusement ne plaît pas énormément à mon porte-feuille, mais qui me plaît à moi beaucoup. Ce point, c’est le luxe. Donc, après avoir été chez Harrods où l’amie en question a fait l’achat de souvenirs et d’un parfum, nous nous sommes rendus au centre-ville de Londres, dans le coin de Whitehall. Nous avons tous deux visité le musée de la cavalerie qui présentait une exposition courte et pas très impressionnante, mais qui malgré tout était assez agréable. On présentait toutes sortes d’uniformes d’époques, donc j’ai bien aimé ce côté-là. Alors comme je le disais, étant donné que nous aimons le luxe et que je voulais me permettre une expérience comme celle-là au moins une fois pendant mon voyage, nous nous sommes par la suite rendus au Ritz Hotel – l’un des établissements les plus luxueux et prestigieux de Londres – pour y prendre le thé. C’était la première fois que je prenais l’un de ces taxis noirs qui caractérisent si bien la ville de Londres et nous tenions à en prendre un pour aller au Ritz. On m’avait déjà raconté qu’énormément de passagers peuvent entrer à l’intérieur et que malgré le fait qu’ils ont l’apparence d’être petits, ces taxis logent beaucoup. Je dois dire que c’est bel et bien vrai!
L'intérieur richement décoré du Ritz

Rendus au Ritz, tel des gens de la haute, nous nous sommes faites ouvrir la porte par le portier. Une Rolls-Royce  était stationnée devant notre taxi, donc c’était déjà très fancy  et à mon goût. Dès que nous avons mis les pieds à l’intérieur de l’hôtel, nous sommes devenus bouche-bée devant la splendeur du décor. C’était comme un rêve. J’avais préalablement écouté un reportage sur la BBC qui expliquait que le Ritz a inspiré les salles de première classe des  paquebots de luxe au début du siècle dernier et j’ai compris pourquoi. C’est vieillot, luxueux et tout simplement extraordinaire. J’avais déjà pris le thé plusieurs fois en Angleterre, mais jamais comme ça! Pour ajouter du caractère à l’ambiance, un pianiste professionnel était sur place et c’était même possible de lui faire des demandes spéciales. Nous nous sommes donc fait assigner une table et après que le serveur ait tiré notre chaise, nous nous sommes assis et avons regardé le menu. En matière de thé, je peux vous dire que nous avions le choix. Nous avons opté pour un classique qui nous plaît à tous les deux, donc du Earl Grey  nous a été servi. Le service au Palm Court du Ritz est tout simplement incroyable. Tout plein de serveurs sont à votre disposition et nul besoin d’attendre longtemps pour obtenir ce que l’on veut. Parfois, le seul fait d’avoir l’air de manquer de quelque chose suffit pour que quelqu’un s’arrête et vous demande si tout va bien. Vraiment j’ai été épaté. Nous nous sommes donc assis pendant environ 2 heures à manger des quantités presque illimitées de scones, gâteaux et sandwiches (et oui illimités, car dès que vous avez terminé, on vous en apporte plus).  Même si ce n’était que le thé et non un repas officiel, nous n’avions nullement fait pour que ce soit d’autre et ce pendant le restant de la soirée.
Moi qui prend le thé au Ritz

Par la suite, nous nous sommes rendus au cinéma pour voir un film que j’ai grandement apprécié : l’artiste. Nous avons eu beaucoup de plaisir à regarder ce film moderne, mais muet et en noir et blanc. L’histoire est si captivante qu’il n’est pas nécessaire d’entendre la voix des acteurs pour rester accroché. Vraiment c’était très bon et je souhaite que ce film remporte des Oscars.

C’était donc une journée fabuleuse et je vais m’en rappeler longtemps. Ah que je suis content d’être dans ce pays pour pouvoir profiter de belles expériences.

Sunday, 22 January 2012

Nouvel An et Hampton Court

 Je dois admettre que j’ai négligé ce blog dernièrement et tant de choses se sont passées depuis la dernière fois que j’ai écrit quoi que ce soit. Tout d’abord, il y a eu la célébration du Nouvel An et c’était vraiment grandiose. Le 31 décembre au matin, deux pensionnaires et moi sommes allés visiter Hampton Court Palace, le palais du roi Henry VIII. Le château était autrefois situé en retrait de Londres et de nos jours, plusieurs maisons et commerces se sont installé dans les alentours. C’est assez surprenant de voir un quartier résidentiel et puis tout d’un coup un palais historique se dessine devant nous. Le palais était certainement prêt pour la veille du jour de l’An, car une patinoire, un carrousel et de l’animation étaient présents sur le site.
Hampton Court Palace

Dans plusieurs endroits historiques en Angleterre on entend parler du roi Henry VIII. C’est un roi assez spécial, car il a eu six femmes différentes! C’est donc assez intéressant de pouvoir marcher dans un endroit avec une histoire aussi particulière. Comme vous vous en doutez bien, l’endroit est immense, donc il y a de quoi à visiter pour toute une journée.  Ce que j’ai énormément apprécié, c’est la présence de plusieurs acteurs qui animaient un peu le château. Nous avons même eu la chance de rencontrer le «roi» et la cour royale. C’était assez comique puisque nous devions nous agenouiller lorsque le roi était dans la même pièce que le publique. Il y avait même une démonstration de danse d’époque, donc c’était bien agréable à regarder.
Démonstration de danse et animation musicale

Bien que les nombreuses pièces du palais étaient plaisantes à découvrir, les jardins étaient très spéciaux. Tous les arbres parfaitement taillés avaient l’apparence de champignons verts. Il y a une chose que j’ai bien aimée dans les jardins d’Hampton Court et c’est le labyrinthe. Je suis parvenu à trouver le centre de celui-ci et j’ai bien aimé me perdre à travers les haies.
Les jardins d'Hampton Court

Ce que j’ai préféré d’Hampton Court, ce sont les pièces plus anciennes avec des gens qui montrent à quoi ressemblait le travail à l’époque d’Henri VII. Ce sont donc surtout les cuisines qui ont des démonstrations de ce genre et les foyers sont réellement en fonction et on fait cuire toutes sortes de choses. Vraiment, c’était très intéressant de voir tout cela.
Les cuisines du palais

Après la visite de ce palais, nous nous sommes rendus à Westminster sur la rive nord de la Tamise devant le London Eye. Chaque année,  les instants qui suivent le décompte du jour de l’An, Londres projette feux d’artifices grandioses. La ville est très reconnue pour cette démonstration et les images des feux d’artifices traversent la planète. Avant même de me rendre en Angleterre, j’avais prévu de voir cela de mes propres yeux et j’étais très content  d’être sur place. Par contre, je peux vous dire que l’attente était pénible. Pour être certains de voir quelque chose, donc d’avoir une bonne place, nous avons dû attendre un total de cinq longues heures pour 12 minutes de feux d’artifices. Mais je n’ai vraiment pas été déçu, c’était vraiment quelque chose. Chaque fois que Big Ben sonnait, des feux sortaient de la célèbre horloge comme si elle allait exploser. Des feux étaient également projetés de la roue du London Eye et c’était tout simplement beau et impressionnant. Quel moment magique! Je vais m’en rappeler toute ma vie, car je n’ai jamais vu d’aussi beaux feux d’artifices auparavant. Les rues de Westminster étaient fermées tellement il y avait du monde! La BBC estime qu’il y avait environ 250 000 personnes présentes pour cet événement. Vous comprendrez donc, que le retour à la maison a été très long et difficile. Nous sommes rentrés chez nous à 3 heures du matin tellement il y avait des gens! Donc, avant de reprendre le métro, j’en ai profité pour appeler ma famille au Canada pour leur dire que nous n’étions pas dans la même année. C’était assez comique.  
L'attente devant le London Eye

Friday, 30 December 2011

Mon voyage à l’extérieur de la Grande-Bretagne : Bruxelles, Amsterdam et Bruges

Cela faisait longtemps que j’avais envie de sortir un peu de l’Angleterre pour voir un pays différent. J’ai fait quelques voyages organisés dans certaines villes anglaises avec la compagnie International Friends et en visitant leur site web, j’ai vu qu’ils offraient un voyage de quatre jours en Belgique et aux Pays-Bas pour Noël. J’en ai parlé à deux autres pensionnaires et nous avons décidé de réserver le tout, ça semblait être une bonne façon de célébrer Noël étant donné que nous étions tous loin de nos familles.

Le 24 décembre vers 5h00 du matin, nous nous sommes rendus à la station de métro Hammersmith, car c’était le lieu de départ le plus proche de la maison dans laquelle nous vivons. Vous pouvez facilement imaginer comment le réveil était dur! Surtout que le 23 au soir, je faisais mon dernier quart de travail pour Hamleys, car mon contrat se terminait cette date-là. J’ai terminé à 23h et je suis arrivé à la maison vers minuit. J’étais un peu triste de savoir que je me retrouvais sans travail et que je devrai recommencer à nouveau les nombreuses recherches d’emploi. Ce qui me fait le plus peur, c’est de ne pas parvenir à en trouver un autre en janvier, surtout avec la récession. Il faut aussi dire qu’économiquement, janvier n’est pas ce qu’il y a de meilleur. Mais bon, je vais continuer de chercher.

Lorsque nous sommes entrés dans l’autobus, nous avons poursuivi notre chemin vers la ville de Dover dans le Kent, car nous devions prendre un traversier pour nous rendre à Calais en France. Étant donné que la Grande-Bretagne est une île, il est nécessaire de se rendre à Dover pour voyager dans le reste de l’Europe. La traversée a été très agréable, car nous étions à bord d’un énorme navire pouvant transporter une assez grande quantité de véhicules. Le bateau était aussi assez confortable et spacieux puisqu’il comportait des boutiques, restaurants et aires de repos. La durée de la traversée était d’environ 1h30, ce qui nous a laissé amplement le temps de nous reposer en contemplant la Manche. Alors que Dover était une ville assez jolie avec ses falaises blanches et son château, il en était différent pour Calais. C’est une ville très industrielle et elle a été énormément bombardée pendant la Seconde Guerre Mondiale, donc il n’y a pas vraiment de bâtiments attrayants pour les touristes.
Moi sur le traversier avec les falaises blanches de Dover en arrière plan

Ma première réaction lorsque nous sommes arrivés en France, c’était d’être mêlé, car notre chauffeur d’autobus a dû conduire à droite. Après quelques mois à être habitué de voir les voitures du côté gauche, vous pourrez comprendre que traverser la rue était quelque chose. Je n’ose même pas imaginer comment ça sera quand je serai de retour au Canada! J’ai toujours le réflexe de regarder à droite en premier avant de traverser la rue! Je suppose que c’est une question d’habitude.

Après Calais, notre prochain arrêt a été à Bruxelles en Belgique. Quelle ville magnifique! Nous avons vu la partie moderne de la ville en premier et ensuite nous sommes entrés dans la partie historique et j’ai tout de suite adoré. Il y avait un marché de Noël, plusieurs décorations et des bâtiments de toute beauté! C’est bien évidemment à cet endroit où se trouve la majorité des touristes. Nous nous sommes promenés un peu, émerveillés de voir à quel point c’était beau. C’est aussi dans ce coin-là où se trouve le Manneken Pis, une célèbre fontaine du XVIIe siècle d’un garçon qui urine. C’est assez étrange comme monument, mais c’est ce qui caractérise la ville. De plus, le garçon était costumé en père Noël, ce qui était assez comique. La Belgique est aussi célèbre pour ses gaufres et son chocolat. Il y avait plusieurs boutiques touristiques toutes aussi mignonnes les unes que les autres donc nous avons visité plusieurs de celles-ci. Je suis donc ressorti avec une canne de cacao pouvant servir à faire du chocolat chaud, mais j’ai aussi eu la chance de goûter à une gaufre belge. Quel délice! Nous avons exploré un peu plus le quartier, mais la visite a été assez courte puisque nous devions continuer notre chemin vers les Pays-Bas.
Le secteur historique de Bruxelles

Une autre vue du secteur historique


Le Manneken Pis près à célébrer Noël

Bâtiment exceptionnel dans le secteur historique

Moi qui déguste une gaufre belge

Après un petit dodo dans l’autobus, nous sommes arrivés à Amsterdam en soirée. À première vue, la ville avait l’air accueillant avec ses lumières de Noël, ses tramways et ses nombreuses bicyclettes. La magie s’est rapidement brisée, puisque notre guide a fait l’erreur de nous amener dans le Red Light District. En voyant cette affreuse partie de la ville, je me suis mis à détester Amsterdam instantanément. Le Red Light possède une de ces ambiances négatives. On voit des choses inimaginables, des choses inacceptables dans la plupart des pays du monde! Premièrement, l’usage de drogues est toléré aux Pays-Bas, donc ça sent mauvais dans les rues. C’est possible de se procurer de la drogue dans les boutiques souvenirs, donc faire des achats à Amsterdam ne nous tentait pas du tout. J’étais choqué de voir tout cela. Ce qui était encore plus horrible, c’était de voir les prostituées dans les vitrines qui attendaient que des clients approchent. Vraiment, j’étais outré, surtout quand j’ai vu un homme sortir d’une de ces portes-vitrines. Je trouvais ça triste de savoir que c’était comme ça que j’allais passer Noël et je pensais à ma famille qui était dans les préparatifs de la fête pendant que moi j’étais dans un monde démesuré et laid. Je ne comprends toujours pas pourquoi c’est accepté aux Pays-Bas et je trouve que ça n’a aucun sens. Nous nous tenions toujours en groupe de trois, car c’était le soir et nous n’étions pas vraiment dans le quartier le plus sécuritaire sur Terre. Vous comprendrez que je me suis pas mal censuré pour les photos. Je n’en ai pas pris des centaines ce soir-là.

À ma déception, notre auberge de jeunesse se situait près du Red Light et la décoration était horrible. Il y avait des tapisseries qu’il faut probablement être drogué pour pouvoir apprécié, donc ça m’a dégouté. Nous sommes arrivés dans notre chambre et j’ai décidé de lire les règlements de l’établissement. C’est assez étrange de lire quelque chose qui ressemble à «l’utilisation de drogues légères est autorisée, mais veuillez fumer dans la section fumeur.» Je savais qu’Amsterdam avait un côté spécial, mais je ne m’attendais pas à ce que ça soit aussi intense. Quand on a une mauvaise impression d’un endroit en débutant, c’est difficile de l’apprécier les moments qui suivent. Et bien c’était mon cas.

Le matin du 25 décembre, nous nous sommes rendus dans la campagne hollandaise et contrairement à Amsterdam, j’ai été charmé! Il y avait des démonstrations de fabrication des sabots en bois, des dégustations du délicieux fromage traditionnel (juste d’y penser, j’ai envie d’en manger) et bien sûr, on a pu apercevoir les fameux moulins à vent. Ça faisait très touristique comme endroit, mais c’était très agréable. J’aurais préféré passer un peu plus de temps dans la campagne pour prendre le temps d’explorer un peu plus, mais malheureusement nous sommes retournés à Amsterdam pour le reste de la journée.
 Les moulins à vent hollandais

 Sabots en bois un peu trop grands!

Démonstration de la fabrication des sabots

De retour à Amsterdam, nous avons pu voir un côté un peu plus joli de la ville. On voyait les fameuses maisons à pignons, les nombreux ponts et la quantité industrielle de vélos. La ville a remonté un peu plus dans mon estime, mais il restait toujours un goût amer de ce que j’avais vu la veille. Nous avons décidé de faire la visite de la maison d’Anne Frank et c’était très intéressant. Bien que je n’ai pas lu le Journal d’Anne Frank, j’avais visionné le film ainsi que la série télévisée, donc voir l’endroit où ça s’était passé pour de vrai était spécial à mes yeux. Anne Frank et sa famille se sont cachées entre 1942 et 1944 dans une annexe secrète derrière l’entreprise de son père puisqu’ils étaient juifs et que les Pays-Bas étaient occupés par les nazis. Pendant deux ans, ils n’ont pas pu voir la lumière du jour et devaient faire le moins de bruit possible pour ne pas être découverts. En 1944, ils ont été trahis et ont été envoyés dans un camp de concentration. Sur les huit clandestins, seul le père Otto Frank a survécu. En sachant cela, voir les pièces dans lesquelles ces gens se sont cachés et voir des documents originaux qu’Anne a rédigés était tout simplement extraordinaire. Je me sentais privilégié de pouvoir voir la chambre d’Anne et d’avoir un léger aperçu de ce que leur vie était pendant la guerre. Les vitres des fenêtres étaient noircies pour vraiment recréer l’ambiance qu’il y avait à l’époque. Mon seul point négatif sur le musée est qu’il aurait été agréable que les pièces soit meublées afin d’avoir une meilleure idée de ce que ressemblait l’annexe pendant la guerre. À la place, les pièces contenaient quelques artéfacts qui ont appartenus à la famille et qui ont été importants pour eux.
Les fameuses maisons à pignons

En soirée, nous avons eu droit à une agréable petite croisière en bateau sur les nombreux canaux de la ville. C’était assez spécial puisque les explications étaient en quatre langues : le néerlandais, l’allemand, l’anglais et le français. Je suis fasciné par le néerlandais donc j’étais content de me retrouver dans un pays où c’est la langue officielle.

Après l’excursion en bateau, nous avons appris que notre souper de Noël a été annulé. La raison de l’annulation m’a fait bien rire : la cuisine du restaurant a pris feu la journée précédente. Nous nous sommes donc rendus dans un excellent restaurant italien pour célébrer Noël.

Le lendemain, nous avions une journée libre à Amsterdam donc nous en avons profité pour aller dans les magasins pour le Boxing Day. Nous n’avons pas vraiment été impressionnés par les magasins et nous nous demandions quoi faire pour passer le temps. Les autres musées étaient sur le point de fermer, donc c’était impossible d’aller les visiter. Nous avons donc vu un cinéma au loin et nous avons décidé d’aller voir un film pour nous divertir un peu. Notre choix s’est arrêté sur Tintin, le film d’animation en 3D et je n’ai vraiment pas été déçu. Nous avons eu la chance de voir le film en anglais, mais il y avait des sous-titres en néerlandais. Au cinéma, nous avons vu quelque chose d’assez étrange, il y avait des caisses vides pour que les gens y déposent leurs bouteilles vides d’alcool. Seulement imaginer une telle chose au Canada serait inacceptable! Vraiment Amsterdam, il n’y a pas deux villes pareilles comme celle-là dans le monde.
Les vélos sur l'un des ponts d'Amsterdam

La dernière journée de notre voyage, nous avons quitté Amsterdam avec joie et nous nous sommes rendus à nouveau en Belgique. C’est à ce moment-là que j’ai eu un coup de cœur. Nous avons vu la ville de Bruges où l’on parle principalement néerlandais. C’était tout simplement extraordinaire. On surnomme Bruges la Venise du nord et j’ai compris pourquoi en visitant. Ah que c’était beau! Vraiment, c’était un décor féérique. Je trouve dommage que nous ayons passé beaucoup de temps à Amsterdam et que notre visite de Bruges a été si courte. Nous avons eu droit à un tour de ville rapidement et à une heure et demie de temps libre. J’aurais bien aimé vous donner plus de détails sur la ville, mais j’ai eu le temps de voir rapidement à quel point c’est beau et d’acheter une boîte de chocolat et ma visite s’est terminée. C’est certainement un endroit que je veux absolument voir à nouveau pour prendre le temps de profiter des attraits que Bruges a à offrir à ses visiteurs.
La Venise du nord

La beauté de Bruges

Bâtiments charmants de Bruges

Par la suite, nous avons fait le chemin inverse et repris le traversier vers l’Angleterre. Je peux vous dire que les douanes anglais sont plus sévères que les douanes français, car nous avons dû nous arrêter (les douanes français nous ont laissé passer sans nous faire descendre de l’autobus) et répondre à un petit questionnaire. C’est un peu plus long comme ça, mais le bon côté de la chose, c’est que j’ai maintenant une nouvelle étampe dans mon passeport! J’étais tellement content de la recevoir. 

Thursday, 29 December 2011

Marché de Noël à Winchester

J’ai une correspondante américaine qui a voyagé beaucoup en Angleterre. Elle m’a donc fait une suggestion en ce qui concerne les petites sorties de jour et j’ai décidé de suivre son conseil. Elle m’a dit de faire un tour du côté de Winchester, une petite ville au sud de l’Angleterre. Comme vous le savez bien, la meilleure façon de voyager sans avoir d’automobile, c’est de prendre le train. Cela m’a permis encore une fois de découvrir une nouvelle gare londonienne, la gare de Waterloo. C’est assez grand, mais bien organisé donc c’est difficile de s’y perdre. Le voyage en train s’est bien déroulé, j’ai pu compter une bonne heure et demie alors j’en ai profité pour écrire ma dizaine de cartes de Noël.

On m’avait dit que Winchester est une ville connue pour sa cathédrale (comme bien d’autres villes européennes), mais aussi pour son histoire relié à Jane Austen. Je dois vous dire que bien franchement, je n’ai pas vraiment cherché à suivre un parcours historique relié à Jane Austen, mais plutôt de me promener où bon me semblait et ce à mon rythme.  Lorsque j’ai quitté la gare ferroviaire, prêt à visiter un peu, j’ai suivi les indications pour me rendre où l’action se tenait. Tout d’abord, j’ai décidé de marcher seulement pour avoir une idée de l’architecture et de la grandeur de la ville. Ce n’est pas très grand comme endroit, mais la visite vaut le coup, car c’est très beau. En marchant, je suis passé devant le musée militaire et j’ai poursuivi mon exploration vers cet endroit. J’ai décidé de ne pas visiter le musée, mais plutôt de continuer ma promenade. J’ai été récompensé, car j’ai découvert un endroit où il y avait très peu de touristes, mais qui était d’une beauté exceptionnelle! Il y avait plusieurs bâtiments historiques ainsi qu’un jardin avec des fontaines. Je ne sais pas s’il y a quelque chose à visiter dans ces bâtiments, mais c’était assez tranquille. Je crois qu’on retrouve plusieurs logements à l’intérieur. Pour prendre des photos c’était l’idéal!
Endroit tranquille près du musée militaire

Ce n’est pas que je n’aime pas la tranquillité, mais après avoir vu cet endroit, j’ai décidé d’aller voir quelque chose d’un peu plus vivant. Je me suis rendu dans les marchés de Noël de Winchester et c’était très agréable, car les kiosques étaient situés près de la cathédrale et il y avait même une patinoire! L’ambiance m’a beaucoup plu, car des artisans exposaient leurs produits et les décorations pour la période des fêtes rendaient le tout convivial.

Les kiosques du marché de Noël près de la cathédrale

J’ai ensuite exploré un autre secteur de la ville, où se trouvent plusieurs boutiques. Ce sont des petites boutiques sur une rue piétonne, ce que me faisait grandement penser à ma visite de Canterbury. Les deux villes sont environ de la même grandeur et ont toutes deux d’importantes cathédrales. Je suis allé visiter celle de Winchester et bien que c’était très impressionnant et vraiment très vieux, j’ai toujours un coup de cœur pour la cathédrale de Canterbury. L’accès à cette dernière est beaucoup plus dispendieux, mais je ne regrette vraiment pas de l’avoir visité.
La cathédrale de Winchester

Ma visite de Winchester a été relativement courte, mais je l’ai grandement appréciée. L’architecture en Europe est carrément un chef-d’œuvre! C’est l’une des raisons pour lesquels c’est le continent que j’ai choisi pour y vivre temporairement.

Saturday, 10 December 2011

Découvrir le Kent

La Grande-Bretagne est divisée en une cinquantaine de comptés. C’est un peu différent des provinces canadiennes et des états américains. Bref, c’est leur manière de diviser le territoire et comme vous vous en doutez bien, découvrir d’autres comptés que celui de Londres fait partie de mes projets. Donc, lors de la dernière fin de semaine du mois de novembre ainsi que samedi dernier, une des pensionnaires et moi avons décidé de découvrir le Kent qui est au sud-est de l’Angleterre. On dit que les Anglais aiment la campagne, ce qui n’est pas vraiment mon cas, mais en me rendant dans le Kent j’ai compris pourquoi. Voir les couleurs d’automne encore présentes à ce temps-ci de l’année, les saules pleureurs et les manoirs anglais, quelle magnifique harmonie! C’est bien différent de la campagne canadienne. On ressent une sorte de sérénité, c’est bien différent de la bruyante ville de Londres. Bon, ne vous en faites pas, je n’échangerais pas ma vie à Londres pour une petite ville tranquille, mais passer quelques jours dans ces endroits est très agréable.

Ma première visite dans le Kent a été dans la ville de Canterbury. Habituellement, je prends le train à la gare de Paddington, mais cette fois-ci nous nous sommes rendus à la gare de King’s Cross St. Pancras qui est énorme! Oui bel et bien aussi cette gare qui est mentionnée dans les livres d’Harry Potter et il y a même une fausse plateforme 9¾ comme dans le film. Tout le monde veut sa photo avec le chariot à moitié rentré dans le mur et je n’y fais pas exception. Pour nous rendre à Canterbury, nous avons décidé de prendre le train à grande vitesse, donc nous avons sauvé une heure de train tout de suite en partant. J’étais content d’avoir fait cette expérience, étant donné que ce n’est pas possible de le faire au Canada. Nous roulions à une vitesse de 140 miles à l’heure si je ne me trompe pas (et oui la Grande-Bretagne utilise toujours les miles et non les kilomètres).

À notre arrivée à Canterbury, j’ai été immédiatement heureux de voir à quel point la ville avait de l’histoire. Je voyais une de ces tours médiévales en pierres grises comme on voit dans les films. J’ai découvert plus tard que c’était une ancienne prison donc une visite s’imposait. J’ai aimé voir les anciennes cellules, car on racontait les conditions des prisonniers et toutes sortes de faits intéressants sur l’histoire du bâtiment. La rue passe sous la prison, car il faut croire que c’était également une sorte de porte à l’époque. Alors, quand on débute la visite, on voit un trou dans le plancher avec un panneau indiquant qu’à l’époque on y versait de l’eau bouillante si l’ennemi passait. Heureusement, ce n’est plus le cas et une vitre a été posée sur le trou! Il y a une section un peu plus moderne qui date de l’époque victorienne, mais être prisonnier dans ce temps-là non plus n’avait pas l’air fantastique. Au sommet de la tour, il y avait une vue très impressionnante de la ville. C’était très beau, surtout avec les couleurs d’automnes.
La beauté de Canterbury

La prison médiévale

Vue de la ville du haut de la tour

Il y a une chose que j’avais envie de faire depuis longtemps et l’occasion s’est présentée lors de cette sortie. Je voulais avoir ma photo avec les cabines téléphoniques rouges comme tout bon touriste se doit de faire. J’avais un décor très anglais et ça me plaisait beaucoup.

La photo typique avec les cabines téléphoniques rouges

On retrouve plusieurs rues piétonnes à Canterbury et plusieurs petites boutiques sont ouvertes aux touristes, un peu comme la rue Saint-Jean à Québec. Par contre, c’est beaucoup plus vieux que la rue Saint-Jean, on retrouve énormément de bâtiments médiévaux. Nous nous sommes arrêtés à plusieurs endroits, donc un restaurant français où nous avons même pu commander en français! Nous avons flâné dans les rues et nous sommes entrés dans quelques commerces pour ensuite poursuivre notre visite vers la fameuse cathédrale de Canterbury.

En Europe, des églises à visiter il y en a des tonnes, mais je peux vous dire que celle-ci était bien particulière. Cette cathédrale est gigantesque (surtout quand on considère la grandeur de la ville), elle est esthétiquement agréable à regarder et est très célèbre. J’aurais aimé connaître un peu plus l’histoire des gens qui y sont décédés, mais bon on ne peut pas tout savoir. Le décor était très spécial et s’y tenir la nuit doit être un tantinet effrayant. Tout est simplement immense! Comme toute bonne église, celle-ci a été incendiée, mais on peut toujours voir certaines parties qui ont environ 1000 ans! Ça, c’est une des choses qui à chaque fois rendent l’Europe spéciale pour moi. Après toutes ces années, c’est toujours possible de voir le travail que des gens ont fait, malgré toutes les guerres et épreuves qui ont été traversées depuis ce temps.
La fameuse cathédrale

Une autre vue de la cathédrale à partir de son jardin intérieur 
L'intérieur de la cathédrale

Nous avons poursuivi notre visite vers les ruines de St. Augustine’s Abbey, mais nous pouvions parfaitement voir les ruines de la rue et il fallait payer pour s’approcher. Étant donné que nous avions déjà laissé £8 pour la cathédrale de Canterbury, nous trouvions que de payer à nouveau pour quelque chose qu’on pouvait voir quand même n’était pas nécessaire. Alors, nous avons continué notre exploration de la ville. Mon amie et moi trouvions drôle le fait que les bâtiments semblaient être faits sur mesure pour moi. Vous comprendrez donc que je ne suis pas la personne la plus grande sur terre et les anciennes bâtisses sont souvent faites pour les gens plus petits.

Aucun voyage ne peut être complet sans prendre le thé. Notre choix s’est arrêté sur un restaurant près de la rivière qui porte le nom de «The Old Weaver House» et qui porte la mention de fondé en 1500. L’ambiance était très bien, mais je ne peux pas en dire autant de la nourriture. Surtout que les scones contenaient des raisins et que la clotted cream n’était pas la plus fraîche qui soit. Mais bon, les vieilles poutres en bois, les chandelles et le plancher qui craque ont compensé. Par la suite, nous sommes une fois de plus retournés dans les petites boutiques et surtout dans les librairies pour ensuite retourner à Londres.
The Old Weaver House

La fin de semaine qui suivait, BUNAC organisait à nouveau un voyage, mais cette fois-ci à Leeds Castle et dans la ville de Rochester qui se trouvent également dans le Kent. Grâce aux joies des réparations du métro de fin de semaine, nous avons presque raté l’autobus pour nous rendre à ces deux endroits. Pour avoir couru j’ai couru!

Nous nous sommes donc dirigés vers Leeds Castle, un château très vieux ayant déjà appartenu à la royauté britannique, mais qui est devenu une propriété privée et éventuellement une attraction touristique. De l’extérieur, le château est de toute beauté surtout avec le cours d’eau, le terrain de golf et les saules pleureurs qui l’entourent. Je ne peux pas en dire autant de l’intérieur. Bon, oui c’est un château, mais après avoir vu plusieurs endroits similaires comme le château de Windsor et bien je peux vous dire que je n’ai pas été impressionné. Je crois que le fait que la propriété a été privée à un certain moment n’a pas aidé à la conservation des meubles et de la grandeur qu’a probablement déjà eu Leeds Castle. Je n’ai pas détesté ma visite, bien au contraire, mais seulement le décor intérieur aurait pu être un peu mieux, mais ce n’est que mon opinion. Il y avait quand même quelques pièces que je préférées plus que d’autres, dont un des salons où il y avait un monsieur qui jouait du piano.
L'entrée du château

Les saules pleureurs et Leeds Castle
Une autre vue de la propriété

Le terrain sur lequel se trouve Leeds Castle est tellement vaste et nous n’avons pas eu la chance de tout l’exploré, mais après avoir visité la propriété, nous en avons profité pour voir un peu les différentes vues que nous offrait l’immense terre.

Alors que l’heure du dîner s’approchait, nous avons repris l’autobus pour nous rendre à Rochester afin de voir le marché de Noël et le festival de Charles Dickens. À mon grand bonheur, des gens étaient costumés comme dans l’époque victorienne et il y avait plusieurs petits antiquaires. Le seul hic, c’était la quantité de touristes comparé à la grosseur de la ville. Circuler dans les rues (et je parle ici des rues qui ne sont pas ouvertes aux automobiles) était extrêmement difficile. Il y avait des gens qui faisaient la «circulation» et qui nous disaient de marcher à gauche. Il y avait de l’animation et même une petite scène, mais si ça n’avait pas été du festival, je trouve que le nombre d’attractions aurait été assez limité. J’étais content de vivre ce que c’est que le marché de Noël, malgré la quantité de gens. Il y avait même un petit spectacle d’Écossais en kilt traditionnel jouant de la cornemuse!
 Les rues de Rochester

L'ambiance du marché de Noël